Les 5 héroïnes de MIDNIGHT

Publié le

L’histoire de la collaboration

Née de la rencontre entre les créatrices de SHANDOR et de BIJOUX DE LU, Midnight est une collection capsule d’accessoires hybrides mêlant design textile et joaillerie. Les lignes pures du laiton doré à l’or fin servent d’écrins aux motifs graphiques légèrement vintage, pour former une collection de cinq pièces originales aux allures minimales et arty, chacune inspirée du travail de cinq artistes féminines du Bauhaus. Trop souvent éclipsées par l’histoire de l’art qui a tendance à favoriser les artistes masculins, cette édition limitée se présente comme un hommage à ces femmes qui ont su imposer leurs talents avec courage et opiniâtreté jusqu’à atteindre la reconnaissance collective qu’elles méritaient. Voici leurs histoires. 

Anni, l’ingénieuse

Son histoire – En entrant à l’école du Bauhaus en 1920, Anni Albers veut se former à l’architecture ou au travail du verre, mais elle se retrouve contrainte à devoir intégrer l’atelier textile, seul atelier accessible aux femmes à cette époque. Sa grande créativité va toutefois lui permettre de marquer l’art du textile et la conception de l’artisanat «féminin» avec ses innovations en tant que tisseuse mais aussi en tant que sérigraphe, coloriste et écrivain. 

La pièce Un ruban en satin reprenant les motifs d’une oeuvre d’Anni Albers, à nouer soi-même autour d’un chignon, dans les cheveux ou autour du cou façon col Lavallière. Voir la pièce.

MARIANNE, l’ambitieuse

Son histoire – Marianne Brandt est la première femme à réussir à intégrer l’atelier du métal du Bauhaus en 1924, et à accéder au poste de maître de cet atelier dans les années 1928-1929. Son style artistique est influencé de manière perceptible par les principes géométriques du cubisme. Elle est un des rares exemples de femme designer industriel.

La pièce – Une barrette en laiton doré à l’or fin, à la forme parfaitement ronde et légèrement bombée. Voir la pièce.

LOU, la rêveuse

Son histoire – Le travail peu connu de Lou Scheper-Berkenkamp, étudiante de l’atelier de peinture murale du Bauhaus, oscille entre imaginaire et réalité, ironie et mélancolie et s’immisce dans diérents domaines tels que l’architecture et l’illustration pour enfants. 

La pièce –  Une pièce de satin imprimé et verni, inspirée du style Bahausien, sertie dans une barrette circulaire dorée à l’or fin. Voir la pièce.

BENITA, la talentueuse

Son histoire – D’abord professeur de dessin, de gymnastique et de travaux manuels à l’école de filles de Uerdingen, Benita Koch-Otte rejoint l’atelier textile du Bauhaus en 1920. Elle y devient l’élève la plus talentueuse et s’impose alors comme l’une des principales tisserandes du mouvement moderne en Allemagne. De 1925 à 1933, elle dirige le département tissage des ateliers de la ville de Halle, puis l’école des arts appliqués de Burg Giebichenstien.

La pièce – Une pièce de satin imprimé et sertie dans une broche en laiton doré à l’or fin, pour parer un manteau, retenir un foulard ou orner un chapeau. Voir la pièce. 

ALMA, l‘audacieuse

Son histoire – A 22 ans, comme toutes les autres femmes, Alma Siedhoff-Buscher débute sa formation à école du Bauhaus par l’atelier textile. Mais son opiniâtreté va lui permettre d’accéder à l’atelier sculpture où elle va s’imposer pour travailler le bois. Elle est connue pour son travail de design de chambres d’enfants, notamment pour ses meubles adaptés et ses jeux de construction en bois.

La pièce – Un trio de pinces plates, élégantes et dorées à l’or fin, décorées de formes géométriques imbriquées comme un jeu de construction. Voir la pièce. 

RETROUVEZ L’ENSEMBLE DE LA COLLECTION
SUR L’E-SHOP

 

Un grand merci aux talentueux étudiants de l’école BOULLE, Léa Beggiato et Romain Gavillet, qui ont largement contribué à la naissance de cette collection et avec qui nous avons pris grand plaisir à partager. Nos remerciements chaleureux vont également à Une fille d’Erable ainsi qu’à Angélique Carboni et à Laurianne Berthereau, qui nous ont chacune apporté une aide précieuse.